La rivière Memramcook a un bassin versant de 400 km², incluant plusieurs petits affluents. Le cours supérieur du bassin hydrographique de la rivière Memramcook demeure en grande partie boisé à l’exception des collectivités de Memramcook et de Dorchester. Bien qu’une petite partie de son bassin hydrographique soit influencée par l’activité humaine, il existe encore des sites de pollution potentiels. Notamment, les activités associées à la carrière Gayton, située de part et d’autre de la rivière près de la route 6, constituent une menace potentielle pour la qualité de l’eau. La rivière est influencée par les marées jusqu’à la chaussée, en dessous de laquelle différents niveaux de salinité peuvent être trouvés à différents niveaux de marée, lorsque l’eau douce de la rivière se mélange à l’eau salée des eaux de la marée entrantes.

Le pont-jetée de Memramcook situé sur le pont Collège et construit en 1973 est détenu et exploité par la province du Nouveau-Brunswick. Il modifie les caractéristiques hydrologiques de la rivière, créant le lac Memramcook, et change ses fonctions écosystémiques naturelles sur 400 km². Lorsque les vannes du pont-jetée sont ouvertes, la rivière voit une augmentation du volume d’eau provoquant la suspension des sédiments et entraînant de grandes fluctuations de paramètres tels que E. coli, la sédimentation et la salinité. De telles fluctuations dramatiques sont stressantes pour les organismes aquatiques habitant la rivière et rendent difficiles les généralisations sur la santé de la rivière. Le pont-jetée sert également de barrière périodique au passage du poisson lorsque ses vannes sont fermées et n’a pas d’échelle à poissons présente. Il continue de créer un obstacle aux conditions naturelles de passage du poisson jusqu’à environ 60 pour cent (240 km2) du réseau de la rivière Memramcook.

Le pont-jetée a également causé l’élimination de plusieurs kilomètres d’estuaire en amont, affectant l’amplitude historique des marées et l’échange d’eau douce salée dans le système. Le pont-jetée de Memramcook est responsable de l’élimination de presque toutes les espèces de poissons historiques du réseau hydrographique, y compris le saumon atlantique distinct de l’intérieur de la baie de Fundy, l’alose américaine, le bar rayé, le poulamon, l’omble de fontaine anadrome et autres. Le pont-jetée de Memramcook continue également d’être responsable de l’accumulation de dépôts massifs de sédiments en aval, réduisant la largeur de la rivière Memramcook et affectant les vasières de la baie de Shepody, un habitat essentiel pour les oiseaux de rivage migrateurs. À l’automne 1999, la province du Nouveau-Brunswick a amorcé le processus de rétablissement du libre écoulement de la rivière Memramcook à la demande de la communauté. Le plan de restauration de la rivière Memramcook n’a pas encore été mis en œuvre. Cependant, l’enlèvement du pont-jetée de Memramcook demeure une priorité absolue pour la communauté.

Le bras sud de la rivière Memramcook est situé dans la partie supérieure du bassin versant de la rivière Memramcook et a une superficie de 12 km². L’habitat physique entourant la partie supérieure de la rivière est boisé, ce qui entraîne des dépôts élevés de matière organique. Ces dépôts se déposent dans le substrat et, lors de la décomposition, libèrent de l’acide humique, provoquant parfois une coloration jaune de l’eau. La présence de castors dans le secteur entraîne des barrages fréquents et la formation d’étangs ainsi qu’une vitesse d’eau réduite.

Nom du site : Rivière Memramcook @ chemin Aboujagane.
Code du site : MemU
Coordonnées : 46.04352, -64.47316

Nom du site : Rivière Memramcook @ TransCanada
Code du site : MemL
Coordonnées : 46.04312, -64.56505