Au cours des 25 dernières années, l’ABVP est passé d’un modeste groupe de surveillance à un important contributeur à la surveillance scientifique, à l’amélioration de l’habitat, aux évaluations environnementales, à l’éducation et à la sensibilisation dans tout le bassin versant de la Petitcodiac. Nous sommes fiers de partager nos réalisations au fil des ans, rendues possibles grâce à notre personnel, nos bénévoles et nos donateurs engagés. 

Notre contribution la plus connue au bassin versant est la surveillance de la qualité de l’eau, un projet qui a débuté en 1997. La surveillance de la qualité de l’eau au fil du temps est importante parce qu’elle nous permet de détecter des signes de pollution, des algues toxiques ou des bactéries nocives, qui peuvent tous constituer une menace pour la santé de l’environnement, la santé humaine et les activités économiques. Nous testons la qualité de l’eau à 21 sites différents le long du bassin versant de la Petitcodiac. En 2023, nous avons recueilli 126 échantillons d’eau en testant 11 paramètres à 21 sites pendant 6 mois. De ces échantillons d’eau, 31 ont donné lieu à des concentrations dangereuses d’E.coli (plus de 235 bactéries par millilitre) au cours des 6 mois, mais notre dernier rapport en octobre 2023 n’a détecté que 2 sites, Rabbit Brook et Fox Creek, ayant des niveaux dangereux d’E.coli. Nous surveillons également la température de l’eau à l’aide d’enregistreurs de données, un dispositif qui enregistre la température de l’eau toutes les heures et transfère ces informations à notre tablette par le biais d’une connexion Bluetooth. En 2023, 14 enregistreurs de données de température ont été déployés au printemps pour nous aider à comprendre comment la température varie à travers le bassin versant et les mois. Ces enregistreurs ont été récupérés à la fin de l’automne, car les conditions hivernales et la glace risquaient de les endommager ou de les déplacer en aval et ainsi les perdre. 

Water sample collection site 

Tests d’échantillons d’eau dans le laboratoire de l’ABVP 

Depuis ce temps, nous avons lancé plusieurs autres projets au fil des ans. Nous avons évalué la faune grâce à la surveillance des moules d’eau douce. Les moules d’eau douce sont des bioindicateurs, ce qui signifie que leur présence peut indiquer la qualité de l’eau ou de l’habitat, car elles sont sensibles aux mauvaises conditions. La dégradation de l’habitat et la pollution sont donc à l’origine du déclin des populations de moules d’eau douce au cours des 50 dernières années. Il est donc important de les surveiller et de mettre en œuvre une gestion de l’habitat lorsque cela est nécessaire pour éviter que les populations ne s’effondrent. Le ministère des Pêches et des Océans a identifié 66 sites de moules d’eau douce le long du bassin versant de la Petitcodiac, et 7 espèces de moules d’eau douce ont déjà été présentes sur ces sites. Ces espèces comprennent la moule perlière d’eau douce, l’alsmidonte naine, l’alasmidonte à fortes dents, l’anodonte du gaspareau, l’elliptio de l’est et l’anodonte de l’est et l’alasmidonte renflée. Entre 2018 et 2022, le PWA a réalisé des évaluations sur 35 sites et a identifié 6 des 7 espèces, l’alsmidonte naine n’a pas été trouvée. Malheureusement, nous n’avons pas été en mesure d’effectuer des évaluations des moules d’eau douce en 2023, car le PWA n’a pas reçu de financement pour ce projet.   

Alasmidonte renflée

Nous surveillons également la flore dans le cadre de notre projet Phragmites, qui consiste à évaluer les espèces végétales envahissantes, en particulier Phragmites australis subsp. australis. Cette plante envahissante peut se propager et croître rapidement pour former des fourrés denses et hauts, empêchant l’accès des espèces indigènes à la lumière, l’eau et les nutriments et, par conséquent, diminuant ainsi la biodiversité. Depuis 2020, nous avons commencé des évaluations pour identifier et cartographier les infestations de Phragmites envahissants. Six sites d’évaluation ont été achevés entre 2022 et 2023, avec une superficie estimée à environ 1,6 kilomètres carrés couverts. Au cours de ces évaluations, 199 parcelles de phragmites envahissants ont été trouvées. Le PWA s’est associé au Conseil des Espèces Envahissante du Nouveau Brunswick pour un sentier d’élimination des phragmites en août, avec une tentative d’élimination de 240 mètres carrés (environ la surface d’un terrain de tennis) de phragmites. Bien que nous n’éliminions (généralement) pas activement les phragmites, nos évaluations peuvent nous aider, ainsi que d’autres organisations comme le Conseil des Espèces Envahissante du Nouveau Brunswick, à développer de futures stratégies d’atténuation et de gestion afin d’empêcher leur propagation. 

Phragmites envahissants 

Nous avons également mis en place des projets visant à améliorer la qualité de l’habitat grâce à notre projet des Ruiseaux Brisés, qui rétablit la connectivité des cours d’eau pour les espèces de poissons migrateurs. Nous voulons nous assurer que les mouvements des poissons ne sont pas entravés sur les sites de franchissement pendant leur migration, car il est important que les poissons atteignent leur cours d’eau natal pour frayer ou se reproduire. Nous effectuons des évaluations des traversées, des ponceaux et de l’habitat afin de déterminer la qualité de la zone de traversée et si elle est praticable pour les espèces de poissons. En 2023, nous avons réalisé 74 évaluations de traversées et avons réalisé un total de 1003 évaluations depuis 2014, dont 443 (44%) consistaient en des traversées de ponceaux. Sur les 443 évaluations de ponceaux, nous avons identifié 160 (34%) comme étant praticables, 99 (22%) ayant une barrière partielle, et 184 (42%) ayant une barrière complète. Nous avons travaillé sur des stratégies de remédiation telles que les déversoirs en pierre, l’installation de chutes d’écoulement, la stabilisation des berges, l’enlèvement des débris et l’enlèvement des structures problématiques dans le cours d’eau afin d’améliorer l’écoulement de l’eau dans les ponceaux pour les rendre praticables et restaurer la connectivité.

Site d’évaluation des ponceaux 

Notre projet Gardien de l’Eau atténue les inondations et empêche la pollution des eaux pluviales d’atteindre le bassin versant. Le ruissellement des eaux pluviales se produit lorsque le sol a atteint sa capacité de saturation maximale ou lorsque les surfaces des zones urbaines, telles que les routes, sont imperméables. L’eau s’écoule alors dans le cours d’eau ou le plan d’eau le plus proche, entraînant avec elle tous les polluants qu’elle rencontre en chemin. Pour empêcher les polluants de s’écouler dans le bassin versant de la Petitcodiac, des jardins composés de différentes couches de sédiments (sable au fond, suivi de compost, puis recouvert de terre végétale) qui captent l’eau et lui permettent de filtrer vers le bas sont construits dans l’ensemble du bassin versant. Ces jardins de pluie soutiennent des espèces de plantes indigènes tolérantes à l’humidité qui fournissent des habitats pour d’importants pollinisateurs indigènes, contribuant ainsi à la connectivité de l’habitat. Depuis 2018, l’ABVP a construit un total de 19 jardins de pluie où les inondations sont fréquentes dans la région du bassin versant de la Petitcodiac. En 2023, 2 jardins de pluie ont été construits et 2 autres ont été commencés mais sont en cours de construction.  

Jardin de pluie construit par l’ABVP 

Le projet des guerriers des déchets vise à quantifier, collecter et réduire la présence de déchets afin de contribuer à l’assainissement de notre environnement et d’empêcher leur dispersion ou leur lessivage dans le bassin hydrographique. Nous avons collaboré avec plusieurs partenaires pour organiser des nettoyages et des événements communautaires et nous encourageons tout le monde à nous rejoindre afin de faire une différence et de préserver un bassin versant sain. Nous encourageons également les gens à nous informer si une zone est encombrée de déchets afin que nous puissions organiser des événements pour la nettoyer ! En 2023, l’ABVP a participé ou organisé 5 événements de nettoyage. Le premier événement a été mené par un membre de la communauté et l’ABVP a fourni du matériel. L’ABVP a soutenu un deuxième événement en distribuant des sacs à ordures. Les troisième et quatrième événements ont été organisés et dirigés par l’ABVP, et pour le cinquième événement, l’ABVP s’est jointe au nettoyage et a de nouveau fourni du matériel. Ces opérations de nettoyage ont rassemblé 138 participants bénévoles et permis de retirer 450 kg de déchets de l’environnement !

Événement de nettoyage de Guérrier des Déchets. 

L’ABVP s’est considérablement développée au cours de l’année écoulée. Nous avons non seulement changé de marque et relancé notre site web, mais nous avons également déménagé nos bureaux, ce qui nous a permis d’acquérir des techniques et des équipements de laboratoire nouveaux et améliorés. Cela nous a permis d’étendre nos capacités de laboratoire et d’aider d’autres groupes à réaliser des travaux régionaux similaires. Au cours des prochaines années, l’ABVP continuera à s’améliorer, car nous avons récemment accueilli de nouveaux membres dans notre équipe pour nous aider à développer encore davantage notre organisation !  

Le salon confortable du bureau de l’ABVP   

Nous sommes heureux de laisser notre empreinte dans nos nouveaux locaux. Nous avons récemment installé un jardin pluviale à l’extérieur de notre local afin d’améliorer l’infiltration de l’eau sous les tuyaux d’évacuation de notre bureau qui ont tendance à créer des mares d’eau. L’ABVP encourage la communauté à venir visiter notre bureau et à jeter un coup d’œil à notre jardin pluvial!   

Jardin pluvial à l’extérieur du bureau de l’ABVP 

Pour participer à notre concours, venez visiter notre bureau. Prenez une photo de notre jardin pluvial, postez-la, identifiez noua et utilisez #25watershedmoments